Situation économique

VUE D’ENSEMBLE

La croissance du PIB de la Tunisie a rebondi en 2017 pour s’éta¬blir à 1,9 % contre 1 % en 2017. L’économie tunisienne en 2017 a été tirée essentiellement par les services marchands (com¬merce, transport, restauration, services financiers, énergie) (+4 %) ainsi que par l’agriculture (2,5 %) et moins par la consommation publique (+0,8 %). Du côté de la demande, la croissance a été portée par la consommation privée (+2,2 %) et par les exporta¬tions qui ont progressé de 4,6 % en 2017 contre 0,2 % en 2016.

Les prévisions de croissance pour 2018-2019 sont encoura¬geantes. La croissance du PIB devrait atteindre 3 % en 2018 et 3,5 % en 2019. Ce scénario de redémarrage de l’économie repose essentiellement sur une forte croissance du secteur agricole attendue en 2018 (+7,5 %), une reprise de l’industrie (+3,3 %) incluant une reprise du secteur pétrole et gaz (+2,6 %) et une bonne tenue des services marchands (2,6 %). Le secteur du tourisme devrait également fortement contribuer à la croissance en 2018.

Un mouvement de consolidation des finances publiques devrait intervenir en 2018 à travers l’augmentation de plusieurs taxes et impôts (TVA, droits d’accise, taxes sur la consommation, hausse du prix des carburants). Le niveau des dépenses courantes devrait augmenter d’environ 3 % et le déficit budgétaire devrait être ramené à 4,7 % du PIB contre 5,3 % en 2017. Cette conso¬lidation devrait se poursuivre en 2019.

Sur le plan extérieur, la dépréciation du Dinar combinée au retour de la croissance en Europe devrait commencer à produire ses effets et permettre une diminution du déficit commercial. La pers¬pective d’une bonne saison touristique en 2018 et l’augmenta¬tion annoncée des transferts des travailleurs tunisiens à l’étranger devrait contribuer à l’atténuation du déficit courant qui a atteint 10,4 %. L’afflux de devises qui pourrait en résulter devrait contri¬buer à stabiliser le niveau des réserves de change. L’encours de la dette publique devrait cependant poursuivre sa progres¬sion pour atteindre 72 % du PIB en 2018 contre 69,9 en 2017.

 

L’inflation a atteint 5,3 % en moyenne annuelle en 2017 contre 3,6 % en 2010 et s’est accélérée au 4e trimestre 2017 en attei¬gnant 6,3 % en novembre 2017. Elle devrait demeurer élevée en 2018 et atteindre 7,1 %. L’impact des mesures prises par la Banque centrale de Tunisie (BCT) en mars 2018 incluant une augmentation des taux directeurs ne devrait être visible qu’au 1er trimestre 2019. L’inflation devrait reculer autour de 4,3 % en 2019.

 

La mise en oeuvre résolue des grandes réformes structurelles (réforme fiscale, réforme de la fonction publique, réforme des subventions, réforme du marché du travail, réforme des entre¬prises publiques) et la tenue des engagements pris dans le cadre du programme du FMI 2016-2020 constitue une priorité immé¬diate pour le gouvernement. Outre la consolidation des finances publiques, l’accélération de la réalisation des réformes s’avère incontournable pour permettre à la Tunisie de retrouver de la cré¬dibilité auprès des agences de notation suite à la nouvelle dégra¬dation de sa note souveraine par l’agence Moody’s en mars 2018 suite à celle opérée en août 2017.

La Tunisie dispose d’un réseau d’infrastructures plutôt bien déve¬loppé par rapport aux autres pays de la région. Les, le besoin de financement annuel sur la période 2015-2025 en matière de développement et de maintenance des infrastructures serait compris entre 3,5 % et 5,8 % du PIB dont 1.8 % à 3.1 % pour le seul secteur des transports soit sur la base du PIB 2015 entre 1,5 et 2,5 milliards de Dollars et un montant moyen.

Coopération économique

L’Union européenne (UE) reste le premier partenaire commercial de la Tunisie et son principal investisseur, avec 90 % du total des entreprises à participations étrangères. Réciproquement, la Tunisie figure parmi les 30 premiers partenaires commerciaux de l’UE, laquelle souhaiterait intensifier cette relation dans le cadre de l’Accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA). Depuis 2014, la Tunisie met en place les instruments de la diversification de ses relations commer¬ciales, notamment en Afrique sub-saharienne. Un pas important vers plus d’intégration avec l’Afrique est intervenu en 2014, par l’ouverture de plusieurs lignes de la compagnie nationale Tunisair vers le continent africain (9 escales au total en 2018, contre 3 en 2009). Par ailleurs, la Tunisie est devenue à partir de 2018 le 20e membre du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA) créé en 1994 et accéder ainsi à un nouveau marché de 400 millions d’habitants

GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE ET POLITIQUE

Secteur privé

La Tunisie a perdu 11 places dans le classement Doing Business 2018 et se classe désormais au 88e rang sur 190 pays. Si la qualité des infrastructures tunisiennes est reconnue à travers l’indicateur du raccordement à l’électricité (48e rang), la Tunisie demeure mal classée au niveau de quatre (4) autres indicateurs significatifs : la création d’entreprise (100e rang), l’obtention de prêts (105e rang), la protection des investisseurs minori¬taires (119e rang), et le paiement des impôts et taxes (140e rang). Concernant ce dernier indicateur, le classement sanc¬tionne l’absence de lisibilité de la stratégie à long terme en matière de fiscalité ainsi que l’instabilité fiscale des dernières années, qui ne sont pas propices au développement des affaires ni à l’investissement de manière générale.

La loi sur l’investissement, entrée en vigueur en avril 2017, accorde de nombreux avantages aux investisseurs, notamment étrangers. Conformément aux orientations du Plan stratégique de développement (PSD) 2016-2020, qui vise à faire de la Tunisie une plateforme régionale dans le domaine des acti¬vités à fort contenu technologique et à haute valeur ajoutée, le Parlement a approuvé le 3 avril 2018 un projet de loi relatif à la promotion des start-up. Fruit d’une réflexion et d’un travail ayant impliqué des acteurs de l’administration et du secteur privé, cette loi doit poser les bases d’un nouveau cadre réglementaire visant à moderniser l’écosystème entrepreneurial tunisien. La réforme en cours du Code des sociétés commerciales incluant la reconnaissance des sociétés par actions simplifiées (SAS), les actions de préférence et les bons de souscription d’actions, de même que la future loi sur le capital investissement actuellement en discussion au Parlement, devraient compléter le dispositif.

LES INDICATEURS ÉCONOMIQUES DE LA TUNISIE : CROISSANCE

Indicateurs de croissance2015201620172018 (e)2019 (e)
PIB (milliards USD)43,16e42,07e39,88e39,2741,25
PIB (croissance annuelle en %, prix constant)1,1e1,0e2,3e3,03,5
PIB par habitant (USD)3.884e3.749e3.518e3.4293.565
Solde des finances publiques (en % du PIB)-4,6-5,5-6,0e-4,1-3,8
Endettement de l'Etat (en % du PIB)57,24962,88169,229e72,18371,744
Taux d'inflation (%)4,93,74,5e4,44,0
Balance des transactions courantes (milliards USD)-3,85-3,78-3,49e-3,28-3,17
Balance des transactions courantes (en % du PIB)-8,9e-9,0e-8,7e-8,4-7,7
Indicateurs socio-économiques20172018 (e)2019 (e)
Taux de chômage (%)13,012,012,0
  • PIB: 39,88 milliards de dollars (2017)
  • PIB/hab: 3 518 dollars (2017)
  • Solde budgétaire: - 6,1% (2017)
  • Balance commerciale: - 16% du PIB soit 5,3 milliards d’euros
  • Principaux clients: (2017)
    • France (31%)
    • Italie (16%)
    • Allemagne (12%)
    • Espagne
    • Algérie
  • Principaux fournisseurs: (2017)
    • Italie (16%)
    • France (15%)
    • Chine (9%)
    • Allemagne (8%)
    • Turquie (5%)
  • Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB:
    • Agriculture: 10,1%
    • Industrie: 28,3%
    • Services: 61,6 %
  • Exportations de la France vers la Tunisie: 3,2 milliards d’euros (2016)
  • Importations françaises depuis la Tunisie: 4,2 milliards d’euros (2016)

Nos sponsors pour l'année 2018

UBCI

Newsletter

La CTFCI met à la disposition des entreprises Françaises un centre d’affaires composé de 5 bureaux équipés (Mobilier, Tél, Internet…)ffre de prix pour une domiciliation de bureaux.

  • Adresse : 39, avenue du Japon,
    Montplaisir – BP.25 - 1073 Tunis
  • Tél : +216 71 904 329
  • Email : info@ctfci.org / appui.ent@ctfci.org